JE SUIS HYPERSENSIBLE, OUAIS, ET ALORS ?

Ça fait un petit moment que j’avais envie de vous écrire cet article, mais je ne le faisais pas car j’avais peur ou bien parce que je ne voulais pas trop me dévoiler. Et puis, je me suis dis que ça pouvait m’aider pour m’accepter d’avantage, mais aussi, pour peut-être vous aider à vous accepter. Nous sommes tous différents, mais j’ai envie de vous dire: heureusement ! Heureusement parce que, si nous étions tous pareils, tous identiques, qu’est-ce qu’on s’ennuierait… On aurait rien à apprendre des autres, on aurait rien à partager, rien à se dire, on se battrait pour les mêmes choses, ce serait vraiment triste. Dans ce monde difficile parfois, il faut accepter d’être différent, car c’est certain, dans un moment de notre vie, nous avons tous marqué l’esprit de quelqu’un.

Aujourd’hui j’ai envie de vous raconter mon histoire, une partie de moi-même, j’ai envie de vous faire part de ma personnalité, de ma différence. Je suis une hypersensible depuis toute jeune. Comment je le sais ? Car on m’en a fait prendre conscience. J’ai toujours ressentie en moi ce manque de confiance, cette sensation de toujours être moins bien que les autres. Je suis très dure avec moi-même, je veux toujours que tout soit parfait, dans mon travail, dans ma vie quotidienne, dans mon sport… Et quand un m’obstacle me bloque la route ou quand je n’arrive pas à faire quelque chose, là, c’est le drame. Je suis ce genre de femme qui se compare toujours aux personnes autres, depuis mon enfance. Je suis toujours en train de regarder ce que les autres font, arrivent à faire. Et moi, je reste là, à contempler et à me dire: Je n’y arriverais jamais, je ne serais jamais comme eux. Et je pleure. Je pleure parce que c’est un trop plein d’émotion qui me submerge et qui ne demande qu’à sortir. Dans ma tête je me dis: Caro, regarde comme ils sont forts, regarde comme ils s’aiment, toi ce que tu fais, c’est nul, c’est pas assez recherché etc… Et je pleure encore. Puis, je me calme. Et je finis par accepter, et puis des fois je recommence. Ça devient très clairement un cercle vicieux. Mais cela me permet souvent de rebondir positivement.

Je vais vous raconter une expérience: Je fais de la danse, et dans cet art, nous devons se regarder danser les uns après les autres car par moment il faut réaliser des solos ou faire des improvisations. Alors, avant que ce soit mon tour, je regarde ces belles danseuses et c’est à partir de ce moment que ça me plonge dans cette sensation d’être incapable de réaliser certains gestes ou certains mouvements, alors je me décourage, je m’énerve toute seule, contre moi-même et je veux abandonner… Et puis d’un seul coup, je reprends mes esprits, en pleurant, car mon énervement prend le dessus, mais je vais le faire, me prouver que moi aussi je peux y arriver, que je suis forte, que je suis capable, car même si mes émotions sont beaucoup plus prononcées que certaines personnes, elles peuvent être bénéfiques. Elles me permettent de toujours viser plus haut, de me pousser à m’améliorer, de puiser au plus profond de moi pour atteindre mes objectifs. Et enfin, une fois que j’ai réussi à franchir cette barrière, que j’ai réussi à accomplir ce que je voulais, je souris à pleines dents, et je suis fière.

A mes 18 ans, j’ai commencé à rencontrer les crises d’angoisses, et là, ce fût difficile. Je faisais des crises d’angoisses pour tout, pour rien. Un bruit pouvait m’angoisser, parfois une odeur, une pensée, un souvenir, c’était devenu un cercle infernal. J’avais beaucoup de mal à m’adapter à de nouvelles situations, à des changements d’environnements. En gros c’est comme si mes émotions prenaient le contrôle de mon corps. Aujourd’hui j’ai 25 ans et j’ai appris gérer mon anxiété et mes crises d’angoisses, et pour moi c’est une victoire. C’est idiot, mais je suis fière de dire que j’arrive à les gérer quand elles ré-apparaissent, qu’elles font partie de moi, et que je dois les accepter. Elles m’accompagneront toute ma vie, car toutes les émotions que je vis sont décuplées. Mais je pense que c’est un avantage, car mon stresse peut s’avérer bon dans certaines situations et mes angoisses sont mes signaux d’alertes.

Je suis aussi ce genre de personne, qui a toujours besoin de faire quelque chose, sinon l’ennuie me ronge. Je suis très active, voir un peu trop. Je toujours en train de bouger, faire du sport, je travaille beaucoup. J’ai ce besoin d’être toujours en action, faire des jeux, écrire, lire, danser, dessiner, chanter, car toutes ses activités me permettent d’extériorisé mes ressenties. J’ai besoin de me sentir vivante. Il faut que mes journées soient différentes, car sinon je me lasse trop vite des choses. Avant j’avais peur de voyager, car mes angoisses prenaient le dessus sur moi. Mais désormais j’adore ça, car j’ai compris que ça me permettais de m’évader, d’apprendre et de grandir. Je n’ai plus peur d’avoir peur.

Il faut aussi savoir qu’un rien me rend hyper heureuse et qu’un rien peut me rendre hyper triste. On peut m’offrir un petit carnet tout bête, quand je vais recevoir ce cadeau de la personne, je vais la remercier au moins dix fois, et avoir une émotion très forte sur l’instant. On peut me parler normalement, et d’un seul coup vouloir me faire une blague, me taquiner, je vais mal le prendre et je vais me braquer. Difficile de me cerner n’est-ce pas ? Je peux regarder un film et rigoler aux éclats, ou pleurer comme si le monde était en train de s’écrouler. Je peux regarder un paysage magnifique un petit moment et être émue de vivre cet instant. Je peux regarder une personne pleurer et l’accompagner dans ce sentiment. Je ressens tout, beaucoup trop de chose, je suis une hyper-empathique. On peut me raconter une histoire, je vais écouter attentivement, je vais tellement être plonger dans ce que l’on me raconte, que je vais avoir l’impression de ressentir ce que la personne a vécue. Quand je regarde des séries ou des films, je suis tellement imprégnée de l’histoire que c’est comme ci je me m’étais à la place du personnage.

Mon quotidien se résume à tout ça, c’est comme un ascenseur, ça peut monter très haut en positive attitude, redescendre très bas rempli à ras bord d’émotions ou parfois s’arrêter, stagner, se sentir bloqué ou même vide. Ça parait dingue, mais je vous assure que c’est ça. Parfois je me lève le matin, je ne suis pas de bonne humeur, alors qu’il ne sait encore rien passé. Je vais être froide, désagréable, et au fur et à mesure de la journée, je vais me sentir heureuse, en pleine forme car j’aurais eu une bonne nouvelle, ou juste parce que je me sens mieux. Ou vice versa. Je peux pleurer en écoutant une chanson, ou en regardant une vidéo Youtube. Les ressenties c’est quelque chose de génial pour moi, et cela peut être frustrant pour d’autre. J’ai aussi remarqué que je suis sensible aux jeux de lumières, à la musique trop forte. Difficile quand on est danseuse et qu’on fait de la scène, pas vrai ? Et bien j’ai fais comprendre à mon esprit qu’il n’y avait rien de dangereux et que cela ne pouvait pas m’atteindre. Et depuis 3 ans je danse et je fais de la scène.

Il suffit d’une petite contrariété pour me remettre en question, il suffit d’un rien pour que j’ai envie de tout arrêter ou tout abandonner. Dans mon esprit ça peut ressembler à ça: Et pourquoi ? Et si j’avais dit ça à cette personne ? Et comment je peux faire pour… ? De toute façon, j’y arrive pas… Oh et puis tant pis… J’abandonne… C’est fatiguant et usant, car dans ma tête ça ne s’arrête jamais, c’est rare que je sois sur off. Mais je vous rassure, ça peut être la même chose pour le côté positif: en une seconde je peux être hyper souriante, pleine de joie! Je peux avoir envie de faire pleins de choses, je peux avoir une fusion d’idée et me lancer directement sans même y réfléchir. Sur un coup de tête je peux vouloir partir randonner car ça me fait du bien, parfois j’ai tellement envie de voir quelqu’un ou faire quelque chose, que je vais le faire dès l’instant que cette envie m’est venue.

Ce qui me chagrine un peu, c’est c’est juste ce que les gens peuvent penser de moi. Parfois j’ai l’impression que quand les gens me regardent, ils me prennent pour une folle, qu’ils pensent que je suis tarée. En fait, j’ai peur de ce qu’ils peuvent penser, j’ai peur qu’ils n’acceptent pas ma différence. J’en ai marre d’entendre: T’es trop susceptible, T’es toujours en train de te dévaloriser, Arrête de prendre les choses trop à cœur, Pourquoi tu pleures? Oh ça va, dédramatise un peu…

Toutes ses choses là, sans que les personnes s’en rendent compte, ça me touche et ça me rend triste. Car malheureusement ce sont des choses que je n’arrive pas à contrôler, je fais mon possible pour paraître « normal » Mais en réalité, la normalité n’existe pas et je ne veux pas ressembler aux autres! Certains ne ressentent pas les émotions, et bien je les plains sincèrement, ils passent vraiment à côté de quelque chose de précieux. Depuis quelques temps j’ai acceptée ma différence et mon hypersensibilité. Car de toute façon, ça fait partie de moi et ça, pour toujours. Alors autant apprendre à vivre avec. Je pense que les personnes qui nous entourent, nous prennent entièrement pour ce que nous sommes et nous aiment pour nos qualités mais aussi nos défauts.

Alors je n’ai plus peur de me cacher, je suis moi, je suis hypersensible, ouais, et alors ?

26 réponses sur « JE SUIS HYPERSENSIBLE, OUAIS, ET ALORS ? »

  1. Bonjour,
    Merci de témoigner sur ton parcours en tant qu’hypersensible. Sur mon blog j’ai écris un article qui explique les différents styles d’hypersensibles et des conseils pour aimer cette partie de soi unique. Ce cadeau que peut représenter l’hypersensibilité, et comment calmer les angoisses.
    J’adore ton style d’écriture. Merci de ton partage!

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Anaïs,

      Merci à toi d’avoir pris le temps de lire mon article. L’hypersensibilité est un sujet qu’on ose aborder de nos jours car on sait rendu compte que l’on est plus nombreux qu’on ne le pense. Ca fait beaucoup de bien de savoir ça et je suis heureuse de savoir que les personnes s’acceptent enfin.

      Je te remercie pour le compliment sur mon style d’écriture, c’est la première fois qu’on me dit ça, alors ça me donne envie de continuer à publier des témoignages !!

      A très bientôt !
      Carolane.

      J'aime

  2. Hello, très bel article plein de sincérité ! Je souffre moi aussi de crises d’angoisse, ayant une maladie chronique qui bien souvent m’épuise psychologiquement et moralement… Mais c’est important de prendre conscience de son corps, de ses émotions et de ce que l’on est tout simplement. Merci pour ce beau témoignage 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou, je suis ravie que mon témoignage t’est plus et je te remercie d’avoir pris le temps de le lire. Je sais à quel point les crises d’angoisses sont fatiguantes et épuisantes… C’est un gros travail sur soi-même pour s’en sortir, d’accepter et d’apprendre à les gérer. Nous sommes fortes ! Gros bisous 😘

      Aimé par 1 personne

  3. Hello ! Merci pour ton témoignage !

    Je me présente, Line, et je suis psy. Et j’avoue que le diagnostic de l’hypersensiblité me laisse sincérement perplexe. Je trouve qu’on manque de recul d’un point de vue scientifique sur ce concept trop récent. Manquer de recul ne veut pas dire que ça annule cette sensation d’hypersensibilité mais je trouve que ça manque de concret, d’échelle, de questionnaire sérieux, d’évaluation diagnostic. Ca c’est le discours de la pro. Le discours perso est que je me reconnais dans tout ce que je lis sur l’hypersensibilité mais est-ce que j’en suis une ou est-ce que je me cache derrière ? Parce que quand je parle à des « hypersensibles », un point commun se distingue: l’anxiété. Alors est-ce que c’est les émotions qui nous rendent anxieux ou c’est l’anxiété qui nous rend émotif ? C’est pas la même chose et pour le moment, on a pas la réponse 🙂 J’attends que les recherches avancent ! Mais qu’on soit sensible ou anxieux, travailler sur soi est essentiel pour vivre plus sereinement.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, merci pour ton commentaire et pour avoir pris le temps de lire mon témoignage 🙂 Il est d’ailleurs très intéressant et cela permets d’avoir plusieurs façons de voir l’hypersensibilité. Bien sûr que le travail sur soi au quotidien est essentiel pour avancer et s’épanouir.

      Je te dis à très bientôt peut-être. Belle journée à toi !

      J'aime

  4. Coucou, tout d’abord je trouve que tu es très courageuse de te dévoiler ainsi. c’est la preuve que tu t’acceptes et que tu te fous du jugement des autres. je te comprend tout à fait. je suis anxieuse, sensible, émotive surtout en ce moment avec la pré ménopause. une période qui n’est pas facile mais qu’il faut accepter en attendant que ça passe. je pense que tu finiras par acquérir plus de confiance en toi au fil des années. Par contre, comme me dit mon médecin, il faut accepter d’être émotive et sensible, c’est notre personnalité. il faut juste essayer de faire en sorte que cela ne nous pourrisse pas la vie ! elle est si courte … Très bel article, bravo !

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou, merci pour avoir pris le temps de me lire et pour ton retour positif. Oui, j’ai accepté mon hypersensibilité depuis peu et depuis je me sens tellement mieux. C’est soit les gens m’acceptent ou bien tant pis. J’espère prendre plus de confiance au fur et à mesure, je ne perds pas espoir et c’est un travail sur soit même ☺️ Merci encore !

      Aimé par 1 personne

  5. Coucou ma belle, merci de te dévoiler ici chacune a son tempérament. Il faut vivre avec et pouvoir tirer profit de nos faiblesses pour qu’elles deviennent nos forces ! après si cela devient trop difficile, je pense que des séances d’hypnose peuvent aider.
    pleins de gros bisous et bon week-end !

    Aimé par 1 personne

  6. Team hypersensible également, donc forcément ton article me parle.
    Le pire c’est que ça va de pair avec le manque de confiance en soi, ce qui est plus difficile à gérer encore je trouve. Difficile de sortir de ce cercle vicieux surtout quand on est une éponge à émotions.

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour!
    Je me suis beaucoup reconnue dans ton texte. J’ai souvent pris l’hypersensibilité comme un fardeau, car on me disait régulièrement (dans ma famille), que j’étais une personne faible. C’était mauvais d’être sensible. Il fallait s’endurcir. Résultat, cette hypersensibilité m’a joué des tours, car je refusais de l’écouter. Cela provoquait des crises d’angoisse et de panique, chez moi. Depuis peu, je l’accepte, je la comprends, je la gère, même si ce n’est pas facile tous les jours.
    En tout cas, merci pour ce texte qui permet à beaucoup de personnes hypersensible de se rendre compte qu’elles ne sont pas seules.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou, et non tu n’es pas seule, nous sommes beaucoup dans le même cas. L’hypersensibilité doit devenir une force et il est vrai que par moment les personnes de notre entourage ne comprennent pas. Mais il faut être plus fort, et prouver que ça peut nous permettre d’aller de l’avant et que ça nous rend unique. Merci pour ta lecture, et j’espère que ça t’aidera à t’accepter. A bientôt j’espère ! 😙

      J'aime

  8. Oh comme je peux comprendre ce que tu ressens !!! En te lisant, je me suis tellement retrouvée dans tes lignes ! Comme toi, je peux pleurer pour quelque chose qui paraît sans importance (il y a même certains dessins animés que je ne regarde plus avec les enfants tellement ça me touche…) mais je suis aussi tellement heureuse de petites joies qui me comblent ! Je manque aussi cruellement de confiance en moi et je me compare sans arrêt aux autres… C’est difficile à vivre parfois mais, comme tu le dis, nous sommes des personnes riches grâce à tout cela !!! C’est le plus important ! Plein de bisous et bonne soirée !

    Aimé par 1 personne

    1. Ça me rassure de savoir que tu peux ressentir les même chose que moi, car parfois on a l’impression d’être fou ! Au fond de nous, nous sommes des femmes fortes et c’est ça qui faut retenir 😍 Merci pour avoir pris le temps de lire, ça me fait vraiment plaisir. Gros bisous 😘

      Aimé par 1 personne

  9. quand tu écris qu’il te suffit d’un rien pour tout abandonner, je te rejoins car j’ai aussi ce problème, je ne suis pas aussi sensible que toi, mais il m’arrive de me décourager pour pas grand chose, mais tu verras en vieillissant tu ressentiras moins les choses comme aujourd’hui, on deviens « plus dure » car la vie ne met souvent à l’épreuve ! biz

    Aimé par 1 personne

  10. Coucou ma belle, je suis pareille que toi : Anxieuse, hypersensible et surtout impulsive. Il y a quelque temps, j’ai fais un grand travail sur moi, je le réalise toujours d’ailleurs. J’ai justement franchi le pas et créer un article sur les activités qui m’ont calmé, je t’invite à le consulter. Dès boussa et un grand courage 💕

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s