La charge mentale maternelle

La charge mentale, on en parle de plus en plus de nos jours. Dans la maternité, malheureusement il existe cette fameuse charge mentale maternelle qui désigne une charge invisible, une pression, que beaucoup de maman vivent au quotidien. Mais en réalité, qu’est-ce que c’est ? Et comment faire pour ne pas se laisser ronger par cette charge mentale ? Dans cet article, je vais vous expliquer mon point de vue sur ce sujet, mes conseils pour ne pas atteindre la limite et pour rester positive malgré la culpabilité que l’on ressent parfois.

La charge mentale maternelle : Qu’est-ce que c’est ?

Je crois qu’en tant que mère, nous avons toutes ressenties à un moment donné, une pression plus ou moins intense par rapport à notre façon de faire, d’éduquer nos enfants, les choix que l’on fait… On a toutes reçues plus ou moins de réflexions sur notre façon d’agir, sur notre parentalité… Je vous donne des exemples de phrases que j’ai souvent entendu autour de moi : « L’allaitement c’est bien, mais tu ne vas pas allaiter jusqu’à 3 ans tout de même ! » ; « Tu pratiques le cododo, mais ta chambre ne t’appartient plus » ; « Tu ne devrais l’habituer aux biberons quand même » ou encore « Tu ne devrais pas la prendre en écharpe, tu vas l’habituer aux bras » et « Bla bla bla » Si je devais toutes vous les dires je crois qu’il me faudrait plus d’un article… Et je sais que beaucoup de maman vivent la même chose et reçoivent les mêmes commentaires légèrement déstabilisant. Mais le mieux concernant ce genre de situation est l’ignorance et de se faire confiance. Car votre façon d’agir sera toujours la meilleure pour votre enfant !

Mais encore, concernant les tâches de la vie quotidienne, on se rend compte que quand on vie à deux, il y a déjà pas mal de choses à faire, alors quand un petit bout rentre dans nos vies, les tâches quotidiennes s’accumulent d’avantage. Quand on devient mère, nous pratiquons le plus dure métier au monde, mais en même temps le plus fabuleux ! Nous sommes : Mère, femme de ménage, cuisinière, psychologue, femme aimante, travailleuse, amante… Tous ses rôles là, nous devons tous les jouer dans une seule journée. Je sais à quel point on peut être dépassée à certains moment. Pour faire simple, nous avons toujours l’esprit en action, nous avons toujours quelque chose à faire, qu’on en arrive à être parfois débordée ou à s’oublier. Et c’est là que la charge mentale agit et c’est à cet instant qu’il faut rebondir et reprendre ses esprits avant de craquer. Mais pas de panique, nous avons toutes plus ou moins vécus la même chose, ça fait parti de la maternité. C’est pourquoi, nous sommes toutes prévenues avant l’arrivé de bébé : Il faut se décharger et surtout accepter que ce ne soit pas parfait !

Comment faire pour alléger sa charge mentale ?

Je vous avoue que pour moi-même ce n’est pas toujours évident. On a beau se répéter que l’on est pas « parfaite » nous souhaitons toujours être la meilleure version de soi-même pour son petit bout, au point de devenir parfois irritable ou épuisée. Mais à quoi bon ? Nous ne sommes pas des robots, nous sommes des mamans qui font de leur mieux et qui sont idéales pour leurs enfants. Alors pas de culpabilité, pas de déception, on peut vaincre cette vulnérabilité ! Les pensées positives seront vos meilleurs alliés et enfin, l’acceptation. Rien ne sera jamais parfait, et alors ?

1 – Acceptez que votre intérieur ne soit pas « toujours » clean :

Le linge déborde ? Les chambres ne sont pas parfaitement rangées ? Le salon ressemble à une salle de jeux ? Et bien, ce n’est pas grave ! Il faut relativiser et se dire que rien ne peut être comme avant et c’est « ok » ! Nous avons que 2 bras et 2 jambes, alors on fait comme on peut et pas toujours comme on veut. Ce n’est pas pour autant que vous êtes une mauvaise mère, bien au contraire ! Allégez-vous cette charge-là qui fait souvent du mal et qui peut rendre irritable. Attendez le week-end quand le papa est là et qu’il peut vous aider. Ou attendez que bébé dort pour faire un petit peu pendant les siestes. Quoi qu’il en soit, accepter que ce ne soit pas parfait !

2 – Ne vous mettez pas de pression inutile :

Je sais que parfois on a l’impression d’échouer ou de faire mal. Mais si c’est votre premier, c’est normal, encore une fois, la mère parfaite n’existe pas. On fait toutes des erreurs, mais on fait aussi tout ce qui est en notre pouvoir pour que bébé ne manque de rien. Et c’est ça qu’il faut retenir ! La maternité n’est pas un long fleuve tranquille, mais c’est une magnifique aventure. Alors oui, parfois il y a des moments où c’est plus dure que d’autre, mais essayez de ne pas vous mettre la pression en regardant le bébé des autres. Chaque enfant est unique, car chaque être humain est unique. Le bébé de la copine à fait ses nuits tôt ? Tant mieux pour la copine ! Votre enfant aura peut-être plus de mal et ce n’est pas grave. Chacun son rythme, il finira bien lui aussi par dormir un jour. Croyez en vous, tout ce que vous faites est géniale !

3 – Essayez de ne pas trop culpabiliser :

Je dis bien « essayez » car je sais qu’en tant que mère on culpabilise pour tout. Si bébé ne dort pas, c’est notre faute. Il s’est fait mal, c’est de notre faute. Il ne fait que pleurer, c’est de notre faute. Il ne veut pas manger, c’est de notre faute. Mais en fait, pas du tout ! Moi-même je culpabilise tout le temps et on se fait du mal sans s’en rendre compte. Il faut absolument s’envoyer des pensées positives, en se disant que ce que l’on fait c’est bien et que bébé n’a pas envie ou qu’il n’en a pas besoin. Notre enfant ressent des émotions, il ressent des choses, il fait des expériences et tout ça, ce n’est pas de notre faute. C’est tout simplement la vie !

4 – Communiquer avec votre conjoint :

Ensemble vous serez toujours plus fort. C’est pour cela que quand ça ne va pas, ou que vous sentez que la charge mentale est trop intense, parlez-en lui. C’est important de s’entraider et de comprendre ce que l’autre ressent. Les papas de nos jours, ont une place importante dans la parentalité. C’est pourquoi leur présence et leur investissement est d’une grande aide !

5 – N’écoutez pas les remarques de l’entourage :

Je sais à quel point les gens peuvent être maladroit et parfois même, nous faire douter ou nous faire croire que l’on fait mal. Mais non ! Vous faites ce que vous voulez et comme vous en avez envie, que sa plaise ou non. Si votre façon de faire ne convient pas à l’entourage, il suffit de leur faire comprendre que vous êtes différente et que du coup, forcément, votre mode d’éducation est différente. Le jugement est la pire des choses en tant que mère, mais pour votre bien, évitez de croire en ce que l’on vous dit. Les conseils sont toujours bons à écouter, mais pas toujours bon à prendre. Ne doutez pas de vous ou de vos compétences. Votre éducation est celle qui faut pour votre enfant et vos manières de faire, sont superbes !

6 – Arrêtez de vouloir tout planifier et tout contrôler :

Vous avez prévu de faire plusieurs tâches dans votre journée et vous n’avez même pas réussi à en faire la moitié ? Je sais à quel point c’est frustrant, mais voyez le côté positif, vous avez quand même réussi à en faire quelques unes. Arrêtez d’être trop dure avec vous-même et de vous imposer autant de tâches. Et si la « to do list » disparaissait… Je crois que c’est la solution, vivre au jour le jour ! Pas de pression, pas de frustration, juste être satisfait des tâches ou des choses que vous aurez pu faire. Ca vous fera du bien au moral !


Les 6 idées que je vous ai cités pour alléger votre charge mentale est ma façon personnelle pour ne pas subir ou pour ne pas me laisser déborder. Peut-être que cela ne vous conviendra pas et ce n’est pas grave. Mais quoi qu’il arrive, si vous vous sentez débordée, épuisée, tourmentée… Il faut en parler ! Ce n’est pas une honte et vous n’êtes pas une mauvaise mère ! Mais un coup de pouce peut faire du bien ou un professionnel pourra peut-être vous aider à trouver d’autres astuces pour alléger cette charge trop présente dans votre quotidien. Ayez le sourire, soyez fière, vous êtes des mamans extraordinaires !

Pour s’inscrire à ma Newsletter, il suffit de vous abonner avec votre adresse e-mail :

4 réponses sur « La charge mentale maternelle »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s