Ma vie de maman entrepreneure {Déborah}

Aujourd’hui, Déborah prend la parole, elle a décidé de se livrer sur son expérience et sur son quotidien, de maman entrepreneure.
Nous le savons, jongler entre les deux n’est pas une chose évidente, et pourtant, Déborah prend plaisir de s’occuper de sa fille à temps pleins et de faire grandir son entreprise, comme son deuxième bébé. Elle m’a autorisé à découvrir les coulisses de sa vie rythmée, elle m’a laissé l’opportunité d’en savoir plus sur sa vie personnelle et s’est livrée sans crainte. Vous l’aurez compris, vous allez faire la connaissance d’une femme active et maternelle. Désormais, place au témoignage !

Photo personnelle de Déborah et de sa petite fille

Son authenticité et sa sincérité m’ont bluffé ! Il n’est pas évident de se confier sur certains sujets, malgré cela, Déborah ose communiquer, sans peur du jugement, et elle a bien raison !

Le témoignage en audio du podcast « Naturellement Beauté » disponible sur ma chaîne YouTube. À l’issue de cette vidéo, vous découvrirez un bel échange entre Déborah et moi-même, ainsi que la vie d’une maman ordinaire, qui fait de son mieux pour lier vie perso et vie pro.

Le témoignage de Déborah :
Ma vie de maman entrepreneure

Avant d’être maman, que faisais-tu dans la vie ?

« Avant ma grossesse, je travaillais dans le secteur médico-social. J’étais aide médico-psychologique à domicile, puis j’ai évolué vers un poste de responsable secteur services à la personne. Mon rôle était d’accompagner dans tous les actes de la vie quotidienne des enfants, des adolescents et des adultes en situation handicap ainsi que des personnes âgées en perte d’autonomie ou dépendantes. J’ai aussi travaillé en intérim dans de nombreuses structures médicalisées. »

Quand tu es tombée enceinte, comment s’est déroulée ta grossesse ? As-tu eu des complications ?

« Ma grossesse s’est très bien passée. Je n’ai pas eu de complications. Pour attendre sagement ma fille, j’en ai profité pour continuer mes formations. C’est d’ailleurs à 2 semaines de mon terme que j’ai passé mon mémoire pour obtenir mon titre de responsable secteur service à la personne qui devenait obligatoire pour exercer. »

Cependant, la fin de ma grossesse a été un peu chaotique. 1 semaine avant mon terme, j’ai commencé à avoir de terribles contractions que je n’arrivais pas à soulager ni avec des exercices d’étirements ni avec des techniques de respiration. C’est seulement le deuxième soir que j’ai dû partir d’urgence à l’hôpital. Une fois installée et examinée, ils ont détecté une pré-éclampsie et j’ai dû descendre en salle d’accouchement pour être déclenchée. Mon accouchement a duré environ 12 heures. La péridurale n’a plus fonctionné à la fin. J’ai du accouché sans et j’ai tout ressenti. La naissance de ma fille, qui a été à la fois douloureuse et magique, mais aussi tous les points de suture, la rétention placentaire et tout ce qui va avec. Je te laisse imaginer ma souffrance ! Pour couronner le tout, moins d’une heure après j’ai fait une hémorragie. Je me sentais partir, mais je suis restée forte et l’équipe soignante a été très réactive.

Est-ce que la grossesse a changé la vision de ta vie/de tes envies personnelles et professionnelles ?

« Oui totalement ! Avant de tomber enceinte, j’aspirais à ouvrir mon service à la personne spécialisée dans les thérapies non médicamenteuses et dans le maintien à domicile. Ce projet était vraiment un rêve pour moi. Je me voyais pleinement accomplie professionnellement avant d’avoir un enfant. Je souhaitais être directrice, avoir une stabilité financière et pourquoi pas une maison. C’était, selon moi, les conditions requises pour avoir un bébé.

Puis les choses ont changé. J’ai quitté mon CDI, j’ai poursuivi en Intérim et je me suis dit que c’était le moment pour moi de faire un bébé. Alors après 6 mois d’essai, je suis tombée enceinte. Pendant toute ma grossesse, j’avais imaginé reprendre une activité en indépendante ou à la limite reprendre un poste de responsable secteur, mais quand j’ai porté ma fille dans mes bras pour la toute première fois, je n’ai plus eu envie de la lâcher. Ça a été fusionnel dès le début.

J’ai profité de mon congé maternité, mais les recruteurs et les employeurs potentiels m’appelaient sans cesse pour me proposer des postes. J’étais à la fois contente, car je me sentais flattée d’être intéressante professionnellement, mais je ressentais une profonde angoisse. Je regardais ma fille et je me disais que je ne pouvais pas la laisser au détriment d’un job, qui je sais aller me prendre beaucoup de temps.

Alors, je me suis posée et j’ai décidé de faire une reconversion professionnelle. J’ai été AMP pendant 7 ans, j’ai accompagné et aidé de nombreuses personnes. C’est un métier passionnant, très humain, mais qui demande beaucoup d’investissements pour un salaire médiocre, avec des heures folles et je ne pouvais plus continuer ainsi. Je l’assume clairement, j’ai choisi ma fille. »

« 3 semaines après la naissance de ma fille, c’était le début du confinement. J’en ai donc profité pour me renseigner sur l’activité que je pourrai faire tout en restant à la maison. Le confinement n’a été que du bonheur pour moi. Je passais chaque moment avec ma fille. J’étais une maman comblée, mais il me manquait ce côté actif. Je ressentais le besoin de faire de nouvelles choses et de travailler sur un nouveau projet. J’avais besoin de m’occuper tout en restant auprès de ma fille.

Certaines mamans choisissent la couture, moi j’ai décidé de rédiger des articles de blog et c’est comme ça que j’ai découvert la rédaction web. Quelques mois plus tard, j’ai passé ma formation, ouvert mon entreprise et me suis lancée dans l’entrepreneuriat.

Aujourd’hui, je suis rédactrice web SEO et Community manager spécialisée dans le médical, le bien-être et la médecine naturelle. Dans ma vie personnelle, rien n’a changé. J’ai surtout dû apprendre à m’adapter au rythme de vie de mon bébé et être beaucoup plus organisée. D’ailleurs, pour moi, une bonne organisation est indispensable pour gérer sa vie de maman et d’entrepreneure. »

Comment as-tu vécu ton post-partum ? Te sentais-tu de reprendre le travail et faire garder ton enfant ?

« Le post-partum est une autre phrase de la maternité. Tout était nouveau pour moi. C’était la première fois que je m’étais au monde un enfant, alors tout ce qui concernait ma fille était source d’apprentissage. Au début, je ne savais pas si je faisais les choses, que ce soit pour : les nuits, le rythme alimentaire, etc… J’étais souvent stressée. J’avais peur de mal faire, je me posais mille et une questions. Puis naturellement, j’ai décidé de souffler et d’écouter mon instinct maternel. C’est quand même fou, tout ce qu’on est capable de faire lorsque quand on se pose plus de questions. Le post-partum a été un moment très heureux pour moi, même si j’ai clairement senti la descente des hormones ! (rire)

Comme je l’expliquais ci-dessus, je ne me voyais pas aller travailler pendant 12 heures d’affilée et laisser ma fille en crèche ou chez une assistante maternelle. Même si je gagnais bien ma vie et que j’étais experte dans mon domaine, j’ai clairement décidé de tout plaquer pour elle. Je ne voulais pas que quelqu’un d’autre fasse son éducation. Je ne voulais pas manquer les moments où elle aurait besoin de moi. Les premiers mois de la vie d’un enfant sont les plus importants et je voulais tout vivre avec elle. Et puis, même si j’étais passionnée par mon travail, je me suis dit qu’il n’y avait pas plus important que le bonheur et la sécurité de ma fille et que je ne pourrai jamais rattraper le temps perdu avec elle. »

Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans l’entrepreneuriat ?

« Aujourd’hui, dans le monde actuel, j’ai l’impression que tu dois choisir entre ta vie professionnelle et personnelle et bien moi, j’ai décidé de vivre les deux. Cela demande beaucoup d’organisation et de courage, mais je suis très heureuse comme ça. Depuis toujours, j’ai voulu avoir mon propre business. Salarié, je ne supportais pas d’avoir des heures imposées, ni d’avoir la hiérarchie sur mon dos, ni d’avoir à supporter les gamineries entre filles qui sont très présentes dans le secteur médico-social. Au fond, j’ai toujours été une leadeuse et je savais qu’un jour ou l’autre, j’allais ouvrir mon entreprise, donc, lorsque j’ai eu ma fille et que j’ai trouvé le métier de rédactrice web, ça n’a fait qu’un tour dans ma tête. Après tout, je ne prenais pas de gros risque à ouvrir ma microentreprise. »

Comment organises-tu ta nouvelle vie de maman entrepreneure ?

« Le matin, je me lève environ 1 h 30 avant ma fille. Je consulte mon agenda et je batche mes tâches. Lorsqu’elle est réveillée, je prends le petit déjeuner avec elle, je lui fais sa toilette et je lui propose une activité comme les logos, les livres musicaux ou bien la tablette à dessin, j’en profite pour faire rapidement quelques tâches ménagères pour aérer la maison, faire les lits et nettoyer les sanitaires. Puis généralement, je sors. On va au jardin, faire quelques courses, rendre visite à la famille puis je rentre et nous déjeunons. Vient ensuite le moment de la sieste. J’instaure un temps calme avec un peu de musique, j’en profite pour finir mes tâches ménagères. Ma fille dort entre 3 h et 3 h 30, cela me laisse le temps de rédiger un article de blog, créer du contenus pour les réseaux sociaux ou de manière générale, travailler sur les projets de mes clients. Après la sieste, selon l’heure, nous sortons à nouveau ou je prépare le repas pour le soir, lui fait le bain, etc. Je reprends en général le travail de 21h jusqu’à 23h30 minuit. J’arrive à peu près à travailler 6 heures par jour depuis la maison.

Pour m’organiser, j’utilise beaucoup de logiciels pour optimiser mon temps de travail, mais mon outil chouchou reste mes agendas. J’ai un agenda professionnel et personnel + une enceinte Alexa qui me permet d’avoir toutes les informations sur mes rendez-vous. »

As-tu trouvé le rythme facilement ? Raconte-nous les avantages et les inconvénients.

« Cela a demandé un temps d’adaptation. Le rythme de vie d’un enfant change, il faut savoir s’accorder du temps pour observer les changements et faire une analyse des moments où il est possible de travailler. Par exemple, lorsque ma fille était petite, elle s’endormait toutes les 3 heures donc je savais que je pouvais travailler au moment de ses petits sommes, puis elle a grandi et ne faisait qu’une sieste le matin et l’après-midi puis elle n’a fini par faire ses siestes que l’après-midi. Il ne faut pas avoir peur des changements, mais il faut surtout se faire confiance et ne pas paniquer. De toute façon, il faut garder en tête que l’enfant passe avant tout.

Être maman entrepreneure comporte beaucoup d’avantages :

  • choisir ses horaires ;
  • prendre toutes les décisions ;
  • choisir ses clients et ses missions ;
  • travailler dans un environnement que l’on aime ;
  • s’occuper de son enfant tout en s’épanouissant professionnellement.

Pour moi l’inconvénient est que les salaires ne sont pas toujours les mêmes et cela peut être difficile à gérer au quotidien. Cela peut être une grande source de stress. »

Comment gères-tu ta charge mentale au quotidien ?

« Je ne te cache pas que j’ai eu des moments très difficiles surtout lorsque ma fille ne faisait pas ses nuits et que j’étais obligée d’assurer toute la journée derrière, car mon compagnon travaillait. J’ai eu des moments d’angoisse, de doutes, de peurs, de remise en question, mais j’ai toujours gardé en tête que cette situation est ce qu’il y avait de mieux pour moi

Et puis des fois, quand les tâches domestiques ou professionnelles s’accumulent plus les problèmes de la vie, je me demandais vraiment comment j’allais m’en sortir. Et si sur le moment on broie du noir, les idées ne sont plus très claires, il faut faire une pause et prendre le temps de réfléchir à une solution parce qu’il y en a toujours ! »

Le statut « maman entrepreneure » t’épanouie t-il ?

« Oui, je suis totalement comblée. J’ai à la fois ce côté maman au foyer qui me permet de vivre tout avec ma fille et j’ai également la casquette d’entrepreneure, qui me permet de continuer d’avoir une vie professionnelle. Cela demande deux fois plus d’énergie et d’organisation, mais ça en vaut la peine ! »

Es-tu fière de faire ce que tu fais aujourd’hui ?

« Je suis très heureuse dans ma vie. L’arrivée de ma fille m’a fait grandir et m’a boosté dans la réalisation de mes projets. Aujourd’hui, je rédige sur mes sujets préférés : la santé, le bien-être et la médecine naturelle. De cette façon, je garde aussi un lien avec mon ancien job. Chaque jour, j’ai l’impression d’en apprendre plus et de rendre service aux différentes entreprises du secteur. Il n’y a pas un jour où je me suis sentie lacée dans mon travail, alors si je devais tout recommencer, je ferais le même choix de vie sans hésitation. »

C’est sur ces belles paroles qu’elle termine son témoignage ! Je ne vous avez pas menti, Déborah est une femme forte et authentique.

Carolane.


Partagez ce témoignage tout autour de vous !
 Enregistrez cette épingle sur votre compte Pinterest  🌸

4 réponses à « Ma vie de maman entrepreneure {Déborah} »

  1. Comme je la comprends! J’ai fait pareil il y a 2 ans, tout plaquer pour me mettre à mon compte ! Meilleure décision de ma vie !

    Aimé par 1 personne

    1. La vie de maman nous change complètement, nous métamorphose même ! Bravo à toi 🤗

      J’aime

  2. Cette jeune maman semble avoir’ trouver son bonheur avec sa fille, après un accouchement difficile elle a su surmonter l’épreuve et vivre son rôle de mère en ayant un travail à domicile, merci pour ce témoignage très complet ! biz

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait ! Déborah a trouver un équilibre parfait et qui lui convient. C’est une femme forte ! Merci pour ta lecture 🤗 Bisous !

      Aimé par 1 personne

Répondre à Meili Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :